dimanche 13 décembre 2009

DOCTEUR BALLOUNE

(...) Le prototype, appelé LifeSens, est un analyseur d’haleine «user friendly» qui peut détecter avec une précision extrême des centaines de composés gazeux en même temps. Selon le fondateur de la compagnie, John Cormier (lui-même physicien), les autres engins du même type n’en détectent qu’une petite poignée ou alors sont très difficiles d’usage.

Grosso modo, l’idée est (un peu comme pour les alcotests) qu’un très grand nombre de maladies changent la composition du sang. Or, quand il arrive dans les poumons, ledit sang entre en contact avec l’air, et par conséquent sa composition influe sur celle de notre souffle. Si l’on parvenait à mesurer ces changements, un simple test d’haleine pourrait donc servir à la détection (précoce) de divers cancers, de maladies des reins, du diabète, de l’asthme… et même de maladies mentales comme la schizophrénie !
le soleil