lundi 3 janvier 2011

PSYCHOLOGIE DU MUR VÉGÉTAL

Les murs végétaux ont le vent en poupe. On en trouve sur de grands bâtiments administratifs (le musée du Quai Branly), mais aussi de plus en plus dans les rues des villes européennes. Plantes grimpantes, mousses, sédum, le tout accroché à des supports grillagés doublés de feutre absorbant et parcouru de réseaux d'irrigation : on y retrouve le parfum des antiques jardins babyloniens...

Lubie politiquement correcte, ou initiative durable ? Deux psychologues de l'Université du Surrey en Angleterre ont évalué l'impact de ces constructions sur les riverains. Outre le caractère esthétique largement plébiscité, on note une amélioration de l'humeur des passants (les bâtiments sont décrits comme « bons pour le moral ») et le pouvoir de susciter des émotions positives – joie, détente, optimisme... Les maisons végétales sont jugées plus belles que les pavillons traditionnels. Parmi les dispositifs possibles, les formules les plus appréciées sont les façades de lierre et les toits engazonnés. Les préférences seraient-elles identiques de ce côté-ci de la Manche ?
pour la science