samedi 15 août 2009

BOMBES À FUSION PURE "ÉCOLOGIQUE"

(...) avec le DEMG ( générateur explosif à disques ), qui de plus est miniaturisable, à n'importe quelle échelle. On peut donc considérer cette information comme un événement majeur en matière d'armements, comparable à l'explosion de la première bombe A à Alamogordo, et je pèse mes mots.

Pourquoi ? Parce que système marque la naissance d'une nouvelle espèce de bombes " nucléaires ", à " fusion pure ". Pour déclencher un engin à fusion il n'est plus nécessaire d'utiliser le flux de rayons X délivré par " une petite bombe à fission ", une petite bombe A. Donc, pour entrer dans le club nucléaire il n'est plus nécessaire de passer par une coûteuse et voyant filière d'enrichissement isotopique, par l'acquisition d'uranium, la production de plutonium grâce à un réacteur à neutrons rapides.

Or pour faire détoner une bombe à fission, au plutonium, il est nécessaire de constituer, par implosion d'une coque creuse, la fameuse " masse critique ". En dessous, l'engin ne fonctionne pas. Le " progrès " fait dans cette classe d'armement a été opéré au niveau des explosifs utilisés et de la compression du plutonium (à l'état métallique). On est ainsi passé de mille tonnes d'équivalent TNT à 300 tonnes. Cette puissance est donc la puissance minimale des bombes atomiques actuelles, quelles qu'elle soient. Or la mise à feu de 300 tonnes de TNT est suffisante, non seulement pour ravager une ville de 10.000 habitants, mais pour provoquer l'emport de déchets dans la haute atmosphère, et leur dissémination sur une vaste échelle.

C'est donc le " gigantisme " de ces engins nucléaires et leur caractère " dommageable pour l'environnement " qui a empêché jusqu'ici leur utilisation et a empêché jusqu'à aujourd'hui l'explosion d'une III° guerre mondiale. Le résultat annoncé par les Russes change la donne drastiquement. Tout, dans le dispositif construit autour d'un générateur DEMG est miniaturisable, y compris à une échelle infime, celle d'une ... balle, par exemple. De plus la compression MHD permet, le résultat de la Z-machine américaine de 2005 l'a montré, de dépasser le milliard de degrés, donc d'envisager le recours à un mélange Bore11 + Hydrogène H1, non neutronigène, ou très faiblement neutronigène. On peut déboucher sur le concept de bombes nucléaires... propres, " respectant l'environnement ".

Si les Russes ont laissé filtrer cette information, c'est à dessein. (...)
Jean-Pierre Petit