samedi 1 mai 2010

LE MENSONGE OU LE RÊVE D'UNE HUMANITÉ ENDORMIE

Il y a quelques jours, j’ai proposé à François Chartrand d’écrire sur le mensonge parce que je crois que ce sujet est l’amorce de quelque chose de plus grand. J'ai le goût d'y mettre mon grain de sel.

Il ne faut pas chercher la vérité, il faut débusquer le mensonge. Ce faisant, nous mettons en lumière la RÉALITÉ.

La vérité n’est qu’une approximation de la réalité. Et cette vérité se transforme toujours en croyance car ses fondements sont subjectifs. La vérité sert à palier les faiblesses d’un psychisme corrompu par des millénaires de soumission de l’homme. Il est temps de réaffirmer notre humanité, individuellement au départ, pour se retrouver ensemble sur la même longueur d’onde, chemin faisant.

À la base, c'est une question de VOLONTÉ. Au départ, on exprime la volonté par la colère. Par la suite, la colère se transforme en une vibration de l'être qui suscite le respect. Cette vibration de l’être est de l’acide pur qui détruit le mensonge et révèle la réalité.

Le mensonge trompe, déçoit, dupe. Le men(songe) nous enveloppe dans un rêve et l’homme aime se faire raconter des histoires. Il est temps de vivre notre vie et de sortir du rêve. Bientôt, on nous proposera de vivre notre vie de façon presque complètement virtuelle. Une vie par procuration vécue par un avatar dans un monde irréel : le rêve ultime ou le men(songe) ultime.

Bientôt, François et moi, nous vous offrirons la possibilité d’échanger sur le sujet. Rester à l’écoute.

3 commentaires:

Freed a dit...

On y arrive ...

Anonyme a dit...

Votre commentaire est très intéressant et pertinent avec tout ce qui se passe dans ce monde de plus en plus illusoire et à côté de
la track comme on dit en bon français. J'embarque à 100% dans votre échange.....
Félicitations...
YVES

Pierre a dit...

Mentir c'est falsifié la réalité, le menteur connait nécessairement la vérité. Il entraîne donc autrui dans la croyance d'une illusion. Mais il arrive fatalement un jour où la vérité reprend sa place, où il faut enfin s'ouvrir les yeux. Mais cela peut être un passage difficile, où la tentation d'abandonner la quête de la connaissance pour retourner dormir dans l'opinion de masse, sans déranger notre tranquillité. On s'illusionne pour se rassurer, mais cette fausse sécurité ne fait que maintenir la contradiction dans notre vie. Les illusions nous rendent esclaves et nous préparent à une vie de souffrance. La rencontre de la vérité doit nous affranchir.