lundi 9 juin 2008

EXTRATERRESTRES PROTÉGÉS

OTTAWA | S'ils décidaient un jour de choisir le Canada comme société d'accueil, les extraterrestres seraient protégés par la Charte canadienne des droits et libertés, affirme Justin Trudeau (fils de l'ex premier ministre Pierre Elliott Trudeau) sur son site Internet.

«S'ils se décidaient à venir, et qu'ils réussissaient à passer à travers notre système d'immigration de plus en plus dysfonctionnel et à devenir Canadiens, alors oui, la Charte canadienne des droits et libertés s'appliquerait à eux, comme elle le fait pour tous les Canadiens, sans aucune considération à l'égard de leur pays ou de leur planète d'origine.»

C'est ainsi que le jeune candidat libéral dans Papineau répond à une question d'une internaute s'interrogeant sur l'existence des extraterrestres et, le cas échéant, sur leurs droits, s'ils désiraient obtenir la citoyenneté canadienne.

Dans la section «vidéo» de Justin.ca, le candidat libéral affirme que «ce site sera un moyen de mieux se connaître et d'en découvrir plus sur moi à travers mes mots».

Crédibilité

En entrevue avec le Journal, M. Trudeau a affirmé que la décision de répondre à cette question avait fait l'objet d'une discussion au sein de son équipe.

«Nous avons décidé que ce site serait un espace de discussion où le ton n'a pas toujours à être très sérieux, s'est-il défendu. Je veux que les gens se sentent à l'aise de poser les questions qu'ils jugent importantes.»

Justin Trudeau ne craint pas que le fait d'avoir mêlé la Charte canadienne des droits et libertés - le principal legs politique de son père - aux extraterrestres mine sa crédibilité auprès des électeurs.

«Je suis authentique et je m'efforce de le demeurer, a souligné M. Trudeau. Certains diront que ça peut m'amener à courir un risque, mais c'est un risque que je suis prêt à prendre.»

Les ovnis et les libéraux

Justin Trudeau n'est pas le seul libéral à s'intéresser aux extraterrestres.

En 1979, alors âgé de 15 ans, le bouillant député de Bourassa, Denis Coderre, affirmait, dans une entrevue télévisée, avoir observé un ovni dans le ciel.

En 2003, son collègue John McCallum, alors ministre de la défense, avait aussi demandé au Norad (North American Aerospace Defense Command) de vérifier si des ovnis avaient été observés sur les radars de l'organisation.
@canoe